Le Muscardin

Description

Le muscardin mesure environ 6 à 9 cm de longueur, queue non comprise. Son pelage, très dense, est brun rougeâtre, sauf sur la poitrine et la gorge, où il est blanc jaunâtre. Presque aussi longue que son corps, sa queue est très touffue, voire broussailleuse.

C’est d’ailleurs cela qui permet de savoir, au premier coup d’œil, que le muscardin n’appartient pas à la famille des souris à proprement dit, ces dernières ayant toujours une queue mince et presque glabre, à l’exemple du mulot sylvestre. Le muscardin fait partie de la famille des gliridés, tout comme le loir et le lérot. Ces deux-là sont cependant deux fois plus gros et au moins trois fois plus lourds que le muscardin. Lequel ne pèse qu’environ 17 grammes en été. Les muscardins peuvent vivre 5 ans.

Ecologie de l’espèce

Le muscardin est un fin gourmet . En avril ou mai, quand il sort d’hibernation, il a toujours une faim de loup.
Bien sûr, ce sont les noisettes qu’il préfère, mais elles ne sont mûres qu’à la fin de l’été et il ne peut pas jeûner aussi longtemps. En été, il est friand de fruits sucrés tels que framboises et mûres, et ne dédaigne pas, de temps à autre, des escargots et insectes, notamment des pucerons. Ce n’est qu’à l’automne qu’il peut se délecter de noisettes jusqu’à l’indigestion. Car il doit accumuler d’importantes réserves de graisse en vue de son long sommeil hivernal.

Les noisettes renferment énormément d’huile, grâce à laquelle le muscardin peut se doter d’une épaisse couche de graisse.

Une anecdote croustillante

Les muscardins peuvent se déplacer sur les branches la tête en haut ou en bas. Il leur arrive souvent de se suspendre à une branche avec leurs pattes postérieures et, la tête en bas, de grignoter une noisette en la tenant avec leurs pattes antérieures. Ils utilisent leur queue broussailleuse comme un gouvernail lors de leurs évolutions acrobatiques.

Quand l’observer ?

été

Où se trouve l’animal sur le site ?

Sur le Marais de la Besseye, le muscardin se cantonne dans les haies qui bordent les pâtures et les parcelles agricoles, mais on peut parfois le trouver perché dans les saules du marais. C’est aussi une espèce hôte typique des noisetiers présents dans les haies de bords de chemins ensoleillés.

Le plus du naturaliste

Pour trouver plus facilement cette espèce il faut penser à quelques astuces de prospection et de reconnaissance :

  • Rechercher en priorité les noisetiers
  • Trouver des noisettes rongées « à la manière » du muscardin qui est lui est bien propre. Bords nets et trou joliment découpé.
  • Si vous avez de la chance vous trouverez peut être le nid de ce rongeur mais attention ! A ne pas confondre avec celui du Rat des moissons.
  • Enfin cet animal est protégé, il est donc interdit de capturer ou de manipuler des individus.