La Pie grièche écorcheur

Description

La Pie-grièche écorcheur, passereau de taille moyenne, à la silhouette d’un rapace « en miniature », présente un dimorphisme sexuel accusé. Le mâle adulte, vivement coloré, arbore un manteau brun roux, une calotte et un croupion gris cendré, une queue noire bordée de blanc à la base et des parties inférieures d’une couleur rose vineux plus ou moins intense selon les individus. Le bec et les pattes sont noirs. Le masque de « bandit de grand chemin », typique de la famille des Laniidés, est noir aussi et s’étend sur les lores, les yeux et la zone parotique.

La femelle adulte est beaucoup plus terne, un peu couleur moineau avec un dessus plus ou moins brun-gris, parfois roussâtre (variable). Son masque facial est moins net que chez le mâle et son dessous d’un blanc jaunâtre sale est fortement vermiculé, barrée de lignes noires.

Ecologie de l’espèce

Sur le Marais de la Besseye, cet oiseau est inféodé aux milieux buissonnants qui sont en lisières entre les prairies pâturées et la forêt. C’est une espèce typique des milieux agricoles exploités en extensif. Migrateur et de retour en mai, cet oiseau se nourrit de gros insectes, parfois de petits mammifères et est un chasseur redoutable. On en trouve quelques couples nicheurs sur l’ENS.

Une anecdote croustillante

Le comportement alimentaire de cet individu fait l’objet d’une curieuse habitude. L’adulte empale sur des épines les criquets, papillons et autres proies capturés récemment. D’ou son nom commun « d’écorcheur ».

Quand l’observer ?

Printemps – été

Où se trouve l’animal sur le site ?

Cet oiseau se trouve surtout dans la zone centrale du marais. Il navigue entre des zones ouvertes (prairies de pâture) et les buissons forestiers avoisinants. On peut l’observer posé au sommet des haies.

Le plus du naturaliste

Pour trouver plus facilement cet oiseau il faut penser à quelques astuces de prospection et de reconnaissance :

  • outre le sommet des buissons regardez bien les fils électriques et les piquets de clôture qui sont les perchoirs favoris de l’espèce !!
  • au printemps cet oiseau est facilement repérable à un cri d’alarme puissant et métallique
  • enfin on peut aussi s’appuyer sur les indices de présence indirects que constituent les lardoirs préparés par ce pirate des airs.