La laineuse du prunelier

Description

Ailes antérieures : elles sont fauve/orange avec un gros point discal blanc sur les deux tiers proximaux et violet-marron clair sur le tiers marginal. On observe deux bandes transversales plus jaunes de part et d’autre du point blanc discal. Le dessous des ailes est plus foncé.

Ailes postérieures : elles sont entre le violet très pâle et le marron clair.

Corps : il est fauve orangé.

Envergure de l’aile antérieure : 15 ‡ 17 mm.

Ecologie de l’espèce

Eriogaster catax semble préférer les milieux calcicoles et/ou thermophiles, abrités du vent. On rencontre cette espèce dans les haies, les buissons, les lisières forestières, les bois ouverts avec une strate arbustive importante (Aubépine, Prunellier). C’est une espèce typique des paysages bocagers

Une anecdote croustillante

Ce papillon nocturne est considéré comme fortement menacé dans de nombreux pays en Europe. Les pesticides, le remembrement des parcelles agricoles avec l’arrachage des haies, et un boisement important contribue à faire baisser les effectifs de ce papillon remarquable. On l’a dit « laineuse » car son corps est recouvert de longs poils roux qui lui donne un aspect touffu !!

Quand l’observer ?

Avril : Chenille

Septembre – Octobre : Papillon

Où se trouve l’animal sur le site ?

Sur le Marais de la Besseye, la Laineuse du prunellier est une espèce hôte typique des broussailles arbustives mêlées aux zones de callunes près de la voie ferrée et du parking.

Cet habitat naturel est entretenu par un broyage.

Le plus du naturaliste

Pour trouver plus facilement cette espèce il faut penser à quelques astuces de prospection et de reconnaissance :

  • Rechercher les nids des chenilles au début du printemps.
  • Prospecter essentiellement dans des zones arbustives denses dominées par l’Aubépine et le Prunellier noir.
  • En automne participer à une sortie avec des spécialistes en entomologie !